Action transverse Système d’information

Avertissement : l’ensemble des données Résif est d’un accès libre et gratuit. Cependant, leur utilisation est soumise à obligation de citation. Pour en savoir plus, consultez la page “Politique de distribution”.

Le système d’information Résif est l’une des trois actions transverses de Résif. Cette action coordonne et opère la collecte, l’archivage et la distribution des données sismologiques, GNSS et gravimétriques de Résif.

Sismologie

Les données sismologiques Résif sont collectées et validées par six centres opérés par des partenaires Résif et appelés « nœuds A ». Ces centres ont, en outre, la charge de produire les métadonnées nécessaires à l’exploitation des signaux sismologiques. Les données et métadonnées sont ensuite transmises au centre de données sismologiques Résif (dit aussi « noeud B ») qui est hébergé par l’université Grenoble Alpes.  C’est le nœud B qui prend en charge leur archivage et distribution. Les services de données Résif sont développés, déployés et maintenus par l’équipe Résif d’ISTerre (Osug).

Le centre de données sismologiques Résif est l’un des 19 centres mondiaux distribuant des données et des métadonnées selon des formats et protocoles répondant aux standards de l’International Federation of Digital Seismograph Networks (FDSN). Il est également un des onze nœuds constituant le centre de données virtuelles européen Eida.

En savoir plus

http://seismology.resif.fr/resif-information-system/ (en anglais)

Quelques chiffres
Le centre de données donne accès aux formes d’onde de 499 stations permanentes (dont 286 propres au réseau instrumental Résif) et 2503 stations temporaires (dont 220 Résif). Il collecte chaque année 8,8 Téraoctets de données et en diffuse 100 Téraoctets en réponse à plus de 30 millions de requêtes issues de 2000 adresses IP uniques (chiffres août 2019).

Contacts techniques :
Noeud B  : Jonathan Scheffer (Osug/ISTerre)
Noeuds A RLBP :  Marc Grunberg (Eost) et Christophe Maron (OCA)
Noeuds A Sismob et Rap : David Wolyniec (Osug/ISTerre)
Noeud A Géoscope : Martin Vallée (IPGP)
Noeud A Volcano : Arnaud Lemarchand (IPGP)
Noeud A CEA :  Patrick Arnoul (CEA)

Architecture Résif-SI : système d’information Résif en sismologie.

GNSS

Quelques chiffres 
Au total, ce sont près de 5 Téraoctets de données qui sont collectées chaque année via environ 550 stations permanentes et 50 stations mobiles dans le cadre des actions spécifiques Résif-GNSS et Résif-GPSmob.

Le centre de données géodésiques Rénag

Il est géré et maintenu par le laboratoire Géoazur au sein de l’Observatoire de la Côte d’Azur. Le centre de données collecte, diffuse et archive les données des stations du réseau permanent (environ 75 actives en 2020) opéré par 13 groupes de recherche. Ces centres opérationnels font parvenir les données brutes enregistrées sur un serveur ftp du centre de données. Pour la majorité des stations, l’opération est effectuée de façon journalière. Les données brutes sont automatiquement converties dans un format standard unique et subissent un contrôle qualité. Elles sont immédiatement archivées et diffusées sur un répertoire ftp public.

Depuis quelques années, le système d’information a évolué. L’architecture de la base de données a été modernisée. Aujourd’hui, les utilisateurs scientifiques disposent d’un portail web leur permettant d’explorer une grande variété d’informations associées aux stations et aux fichiers de données d’observation. Dans le cadre de la construction de l’infrastructure Epos, le système a été repensé et développé. Il est en cours de déploiement pour devenir opérationnel courant 2020.

Depuis 2011, le Réseau National GNSS permanent Rénag archive et distribue également en accès restreint les données du réseau Orpheon du partenaire privé Geodata Diffusion. Les données du réseau Geodata/Orpheon sont accessibles sous conditions pour des applications scientifiques.

Quelques chiffres (mars 2020)

La station la plus ancienne du réseau permanent Rénag a été installée en 1997. Depuis 2017, une majorité de stations (85%) assurent une disponibilité des données supérieure à 90%. En 2020, plus de la moitié des stations Rénag reçoivent les signaux du système européen Galileo et la majorité des stations (environ 70%) acquièrent les données avec un intervalle de 1s. Le volume annuel de données d’observation est ainsi en forte croissance du fait de la modernisation du réseau, de l’acquisition haute fréquence et de l’arrivée des nouvelles observables GNSS. Depuis les premières données Rénag acquises en 1997, en passant par l’intégration des données du réseau Géodata/Orpheon depuis 2007, le centre de données Rénag gère 13 To de données. Depuis 2013, il s’agit de plus de 1To/an (jusqu’à 2To en 2016 et 2017). Le flux de données sortant correspond environ à 650Go/an.

Le centre de données géodésiques RGP

Il est géré par l’Institut National de l’information géographique et forestière (IGN). L’IGN installe ses propres stations GNSS mais signe également des conventions avec tous les partenaires intéressés pour intégrer le RGP.

Les données des stations GNSS du RGP parviennent chaque heure sur les serveurs de l’IGN, où elles sont contrôlées, formatées et mises à disposition des utilisateurs sous le régime de la Licence Ouverte. De façon régulière, des calculs GNSS sont réalisés sur l’ensemble des stations, à un rythme horaire sur les 6 dernières heures d’observation, journalier et hebdomadaire. Les résultats de ces calculs permettent en particulier le suivi de la stabilité géométrique des stations et sont également disponibles sur le serveur de diffusion.

Le centre de données RGP principal hébergé par l’IGN est relayé par un centre de données miroir situé à l’ENSG en Lorraine.

Quelques chiffres (mars 2020)

  • 545 stations, dont 503 en métropole
  • 8 département ou collectivités d’outre-mer couverts (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion,Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthélémy)Une cinquantaine de partenaires
  • En moyenne 2,4 nouvelles stations chaque mois depuis 2012
  • Plus de 12 000 nouveaux fichiers mis à disposition chaque jour, soit environ 9 Go
  • Au total, 23 To de données accessibles depuis 1997, et 3,3 To pour la seule année 2019
  • En moyenne 1600 demandes mensuelles de téléchargement de données via le site internet et autant de connexions directes au serveur FTP.

Le centre de données Regina

Regina fourni des flux de données en temps réel (TR) et en temps différé (TD).

Pour les données TD, le centre de mission s’interface avec les stations GNSS en récupérant les fichiers bruts (typiquement toutes les 15mn, toutes les heures ou une fois par jour) pour les transformer en fichiers consommables RINEX. Il met à disposition les données consommables en fonction de critères de validation issus de fichiers de qualité.

Pour les données TR, elles sont traitées par les Casters. Ces équipements permettent de réceptionner les données TR provenant des stations GNSS REGINA ainsi que de différentes entités pour les rediffuser aux clients. Le Caster utilise le protocole NTRIP (Networked Transport of RTCM via Internet Protocol) basé sur le protocole http pour la mise à disposition des données GNSS via Internet.

En savoir plus

Gravimétrie

Le réseau gravimétrique permanent de Résif est constitué de gravimètres supraconducteurs (dits aussi cryogéniques). L’Ecole et observatoire des sciences de la Terre (Eost) assure la collecte des données brutes (niveau 1) de ces instruments et leur dépôt sur :

  • le portail de International Geodynamics and Earth Tide Service (Igets), membre de l’Association Internationale de Géodésie (AIG), dont le bureau central est hébergé par l’Eost, et dont l’objectif est la mesure, l’archivage et la distribution de longues séries temporelles de gravimètres supraconducteurs, mais également d’inclinomètres, d’extensomètres, etc.
  • le centre de données de l’IGETS, hébergé par le GFZ à Potsdam, en Allemagne.

L’Eost assure par ailleurs, à partie des données brutes, l’élaboration des données de niveau 2 (données pré-traitées pour permettre des analyses de marées) et de niveau 3 (résidus après corrections géophysiques). Ces données de niveaux 2 et 3 sont également distribuées par l’Igets.

Le parc gravimétrique mobile (GMob) de Résif est constitué de gravimètres relatifs de terrain et de gravimètres absolus. Ces instruments recueillent des données gravimétriques ponctuelles lors de campagnes menées en France et à l’étranger par des équipes françaises.
Les données collectées sont transmises au Bureau Gravimétrique International (BGI), service scientifique de l’IAG qui assure la compilation, la validation, l’archivage et la mise à disposition auprès de la communauté scientifique de toutes les mesures relatives ou absolues du champ de gravité terrestre (mesures terrestres, marines, aéroportées).

D’autres instruments (gravimètres relatifs de terrain, gravimètres supraconducteurs ou gravimètres absolus) opérés par différents organismes nationaux, contribuent également à l’acquisition de données gravimétriques sur le territoire national ou dans d’autres régions du monde.

Quelques chiffres (février 2020)

Quatre gravimètres supraconducteurs constituent l’équipement permanent du réseau gravimétrique Résif. Six gravimètres relatifs de terrain et quatre gravimètres absolus sont inclus dans le parc mobile.

Circuit des données des gravimètres permanents Résif © Véronique Bertrand et Jean-Paul Boy, Eost