Parc national gravimétrique mobile – GMob

Le parc national des gravimètres mobiles (Gmob) est l’une des actions spécifiques de Résif.

Un parc de capteurs au service de la communauté scientifique

GMob est le parc national d’instruments gravimétriques mobile mis à disposition de la communauté scientifique et académique pour l’étude du champ de pesanteur. Il regroupe un ensemble de capteurs complémentaires (gravimètres relatifs et absolus) permettant de mesurer en laboratoire ou sur le terrain le champ de pesanteur et ses variations dans l’espace et dans le temps avec une précision de 10-8 à 10-9 g. Ces moyens de mesures, acquis au cours des deux dernières décennies, sont aujourd’hui coordonnés à travers l’action spécifique « Gravimétrie » Résif. Ils contribuent, avec les instruments gravimétriques permanents issus des Equipex Résif, CRITEX et MIGA et de moyens complémentaires disponibles auprès d’autres organismes, à une infrastructure gravimétrique nationale de premier plan (Voir la Lettre d’information Résif, Janvier 2018).

… en France et à l’étranger, pour des recherches variées

Les équipements du parc instrumental GMob sont mis en œuvre à la fois sur le territoire national et à l’étranger pour répondre à de nombreuses applications de recherche intéressant en particulier l’étude de la Terre solide (structure, évolution, dynamique interne, aléas telluriques, etc.) et de ses enveloppes fluides (hydrologie continentale, charges océaniques, etc.), la géodésie ou la métrologie. Ces moyens contribuent ainsi à la connaissance du sol et du sous-sol, à l’inventaire ou au suivi de ressources (minières, pétrolières, hydriques), à des opérations de suivi et de surveillance (suivi de réservoirs naturels ou industriels, suivi de zones tectoniques ou volcaniques actives), à l’établissement de réseaux nationaux et de systèmes de référence gravimétrique ou encore à la connaissance du géoïde et des systèmes de référence altimétrique. Ils sont également utilisés pour l’enseignement et la formation, la gravimétrie étant l’une des premières techniques d’approche accessible de la géophysique pour les étudiants en sciences de la Terre ou de l’environnement.

Instruments

Les équipements du parc GMob comprennent des gravimètres relatifs de terrain (gravimètres Scintrex CG5 et CG6) et des gravimètres absolus (FG5 et AQG) hébergés par les unités Institut de Physique du Globe de Paris, Ecole et observatoire des sciences de la Terre, OSU Oreme et Observatoire Midi-Pyrénées.

Gravimètres relatifs de terrain

  • Gravimètre relatif à ressort – Scintrex CG5 (4)
  • Gravimètre relatif à ressort – Scintrex CG6 (2)

Gravimètres absolus

  • Gravimètre absolu à coin cube – Micro-g LaCoste FG5 #206
  • Gravimètre absolu à coin cube – Micro-g LaCoste FG5 #228
  • Gravimètre absolu à ondes de matière – MuQuans AQG B01 (instrument de terrain)
  • Gravimètre absolu à ondes de matière – MuQuans AQG A01 (instrument de laboratoire)

Membres

OSU / UMR / Université / Ecoles qui participent aux activités GMob

  • Université Paris-Diderot (IPGP, IGN)
  • Université Paris 6, Sisyphe
  • Observatoire de Paris (Syrte/LNE)
  • Université de Paris Sud (Géosciences)
  • Université de Toulouse / OMP (Get, Irap, Legos, Laas)
  • Université Montpellier / Oreme (GM)
  • Université de Strasbourg / Eost (IPGS)
  • Université de la Rochelle (LIENSs)
  • Université de Bretagne Occidentale / IUEM (LDO)
  • Université de Clermont-Ferrand / OPGC (LMV)
  • Université de Rennes / Osur (Géosciences Rennes)
  • Université de Grenoble / Osug (ISTerre)
  • Université Aix-Marseille / Pytheas (Cerege)
  • Université de Nice Sophia Antipolis / OCA (Geoazur)
  • Université d’Avignon / LHA
  • BRGM
  • IRD
  • SHOM
  • ESGT Le Mans

Partenaire industriel : Muquans

gmob.resif.fr

 

Domaine : Gravimétrie

Type d’instrumentation : Mobile

Pilotage : Observatoire Midi-Pyrénées, Toulouse

Membres : Voir ci-contre

Contact : Sylvain Bonvalot, OMP/Get

Gravimètres relatifs Scintrex CG5 – CG6 du parc GMob de Résif © Véronique Bertrand, Eost. En savoir plus.

Gravimètre absolu quantique Muquans AQG sur le site d’observation du Larzac © Nicolas Le Moigne, Géosciences Montpellier. En savoir plus