Sélectionner une page

L’assemblée générale du REseau NAtional GNSS permanent (Rénag) de Résif s’est déroulée le 15 et 16 mai à l’ENS Paris. Trente-deux membres se sont réunis afin de faire le bilan des actions engagées et discuter de l’évolution du réseau et du parc instrumental GNSS mobile GPSmob.

La Commission des Services Nationaux d’Observations (CSNO) soutient l’initiative d’intégrer les mesures semi-permanentes des réseaux GPSAlpes et ResPyr dans Rénag (Figure 1). La mise en place de ces mesures se fera en 2020, et les données seront intégrées sur le serveur Rénag.

Compte tenu de la densité de points semi-permanents existants et du fait qu’il faut approximativement le double de temps pour obtenir la précision de mesure des sites permanents, il n’est pour l’instant pas envisagé d’ajouter des sites semi-permanents. En revanche :

  • 6 stations permanentes seront installées dans les Pyrénées.
  • Le parc instrumental vieillissant fera l’objet d’une jouvence.
  • La qualité de chaque site sera discutée et une décision sera prise quant au maintien du site ou sa relocalisation dans une région moins instrumentée.
  • des colocalisations seront développées avec des sites sismologiques Résif en Bretagne.
  • La densification du réseau sera étudiée, en partenariat avec des opérateurs privés.

Actions Rénag en développement :

Développement de réseaux collaboratifs de bases GNSS RTK* : il vise à fournir un signal de correction RTK centimétrique libre, ouvert à la communauté scientifique et de faible coût. Actuellement, pour effectuer des relevés GNSS, le déploiement du matériel est lourd et coûteux. L’objectif de ce projet est de rendre plus accessibles ces mesures. Grâce aux stations GNSS permanentes qui serviraient de base (émission temps réel des données GNSS), l’utilisateur n’aurait plus qu’à réaliser ces mesures à l’aide d’un outil léger (récepteur/enregistreur/batterie intégrée). Ce dispositif est à destination des institutions nationales de recherche et d’éducation. Un groupe de travail étudiera cette nouvelle voie pour le Rénag, en collaboration directe avec l’Institut Géographique National (et son RGP – Réseau géodésique permanent) et l’INRA.

L’analyse des séries temporelles synthétiques longues (29 ans) a montré qu’il est possible de diminuer les incertitudes sur la détermination de la vitesse long terme. Un groupe de travail étudiera les faibles taux de déformation sur le territoire métropolitain, en fonction des réseaux GNSS existants et aussi en fonction des différentes méthodes de calcul.

*La Cinématique temps réel (Real Time Kinematic, en anglais ou RTK) est une technique de positionnement par satellite basée sur l’utilisation de mesures de la phase des ondes porteuses des signaux émis par les systèmes GPS, GLONASS ou Galileo. Une station de référence fournit des corrections en temps réel, permettant d’atteindre une précision de l’ordre du centimètre.

 

Carte des sites permanents et semi-permanents du Rénag en 2020 © Philippe Vernant, Géosciences Montpellier

Mesures semi-permanentes sur mât dans le cadre du réseau GPSAlpes. Site AUF (Haute-Savoie) © Sandrine Baudin, Géosciences Montpellier. En savoir plus.