Sélectionner une page

Le GIM (Groupe d’Intervention Macrosismique) a pour mission d’établir des intensités macrosismiques (sévérité de la secousse au sol) dans un délais court après la survenance d’un séisme. Plusieurs GIM dédiés à des zones géographiques précises existent, notamment le GIM-Antilles pour la Guadeloupe et la Martinique.

Trois nouvelles formations sont prévues par le GIM. Elles s’adressent aux personnes amenées à travailler dans le cadre du Groupe d’intervention macrosismique des Antilles piloté par le BCSF.

La première Expertise macrosismique sur le terrain et estimation des intensités après séisme (Niveau I) se tiendra du 21 au 22 novembre 2019 à l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de Guadeloupe.

Le but du stage est de permettre aux participants de comprendre et assimiler les concepts de l’échelle macrosismique européenne (EMS-98), pour l’estimation de l’intensité macrosismique sur le terrain suite à la survenance d’un séisme. Ils sauront mettre en œuvre les techniques et procédures d’enquête adaptées, et assurer sa sécurité et celle du groupe lors des missions de terrain par l’usage de procédures dédiées.

Deux autres formations sont mises en place du 21 au 22 novembre 2019 en Guadeloupe à l’OVSG (formation macrosismique de niveau 1) dans le cadre de la semaine sismik du 9 au 13 décembre 2019 à Mayotte (mission macrosismique de niveau 1) pour la ré-évaluation des dommages produits par l’essaim sismique sur les bâtiments en comparant les résultats obtenus en juin 2018.

Programme de la formation

Evaluer sur le terrain l’intensité d’un séisme du 21 au 22 novembre à l’OVSG de Guadeloupe.

Contact

C. Sira (sira@unistra.fr)

Une formation macrosismique de niveau 1 a déjà eu lieu du 8 au 10 octobre dernier dans le cadre du projet POCRISC (pour une culture commune du risque sismique). Vous pouvez lire l’article de l’Eost qui développe ce projet et la formation qui a eu lieu.

L’Opidor Tour (valoriser et gérer vos données de recherche), se tiendra à Strasbourg le 5 décembre et présentera son outil DMP OPIDoR.

Observatoire Volcanologique et Sismologique de Guadeloupe © OVSG