Questions fréquentes sur les conséquences des séismes

Cette foire aux questions a été élaborée par des sismologues de l’Ecole et observatoire des sciences de la Terre de Strasbourg (eost.unistra.fr) à partir de questions qui leur ont été posées par des internautes. N’hésitez pas à nous contacter pour nous suggérer d’autres questions.

 

Est-ce que le type de bruit provoqué par un séisme est relié à la distance à l’épicentre ?

Le bruit associé à un séisme varie suivant la localisation de l’épicentre, mais aussi de la profondeur du foyer et du mécanisme de la rupture, ainsi que de l’atténuation dans le milieu. Des sons audibles sont généralement reportés pour des séismes locaux, ils peuvent ressembler à une explosion ou un bang d’avion supersonique proche de l’épicentre, et un bruit semblable à celui du passage d’un gros camion, un fort grondement, ou encore un tonnerre lointain à des distances plus importantes.

Ces sons audibles sont associés au passage des ondes P, et notamment à la transmission du déplacement vertical à l’atmosphère, et ils peuvent être entendus dans la zone épicentrale même pour des séismes de très faible magnitude (M < 2). Diverses études ont montré que l’audibilité de ces sons décroît avec le logarithme de la distance épicentrale et dépend linéairement de la magnitude du séisme. Par exemple, ces sons pourront être entendu jusqu’à environ une quinzaine ou une vingtaine de kilomètres de l’épicentre pour un séisme de magnitude 3 ou 4, et jusqu’à une centaine de kilomètres pour un séisme de magnitude 5. Ces chiffres peuvent varier d’une région à une autre.

Est-ce que la perception des ondes sismiques est amplifiée au sommet d’une moraine ?

Plus que le fait d’être en hauteur, c’est la nature des terrains du sous-sol qui est responsable de l’amplification des secousses sismiques. Un sous-sol peu consolidé comme c’est le cas des anciennes moraines glaciaires peut tout à fait amplifier les secousses par rapport à ce qui est ressenti dans les bâtiments construits sur le socle rocheux.

L’activité sismique peut-elle modifier la composition chimique de l’eau d’une source ?

L’occurrence d’un fort séisme peut parfois modifier le fonctionnement d’une source (débit, etc), mais aucun lien ne saurait être fait entre l’activité sismique et la composition chimique de l’eau en l’état actuel de nos connaissances.

En savoir plus

La page « Médiathèque » propose des photos, vidéos et ressources complémentaires sur ce thème, et notamment :

  • des plaquettes retraçant en images les principaux séismes qui se sont produits en France depuis le XIXe siècle ;
  • un accès à l’archive ouverte Hal-Résif qui propose de nombreuses photos prises lors des missions post-sismiques en France métropolitaine et Dom-Tom.