Sélectionner une page

Questions fréquentes sur la prévention et la protection contre les effets des séismes

Cette foire aux questions a été élaborée par des sismologues de l’Ecole et observatoire des sciences de la Terre de Strasbourg (eost.unistra.fr) à partir de questions qui leur ont été posées par des internautes. N’hésitez pas à nous contacter pour nous suggérer d’autres questions.

Quels sont aujourd’hui les moyens disponibles pour se prémunir d’un séisme ?

La construction parasismique est un des meilleurs moyens de réduire les dégâts que pourrait produire un fort séisme. C’est une mesure de long terme qui nécessite une bonne évaluation de l’aléa sismique pour que les normes soient adaptées.

Voir ci-dessous la question relative à la construction.

Parmi les mesures de long terme, l’éducation de la population, c’est-à-dire l’apprentissage des gestes et comportements à adopter en cas de séisme, est primordiale. Il est recommandé également, dans les zones où l’aléa est important, de mettre en place des mesures d’organisation de la société et de la cité prévoyant de tels évènements. Il existe différents plans d’organisation selon l’ampleur de la crise (communale, départementale, etc.) et des plans particuliers pour les établissements scolaires et les établissements à risque. L’organisation et la direction des secours dépend de l’ampleur de la crise. Tous ces plans et dispositifs sont régulièrement testés au cours d’exercices de sécurité civile et de simulations.

Lorsqu’un séisme survient, il importe de diffuser l’information le plus rapidement possible pour que la population puisse se mettre à l’abri ou, au moins, se préparer psychologiquement à l’arrivée des ondes. C’est ce qu’on appelle le « Early warning » ou « Alerte précoce ». L’idée est de mettre à profit le temps entre l’occurrence du séisme et l’arrivée des ondes au lieu considéré pour enclencher des procédures automatiques (ou quasi-automatiques) robustes visant à diffuser le plus rapidement possible les informations sur la localisation et la magnitude du séisme. Plus la zone considérée est éloignée de l’épicentre du séisme, plus cette alerte précoce est possible et efficace.

A titre individuel, il est également possible d’anticiper un tremblement de terre en prévoyant un équipement minimum (radio portable avec piles, lampe de poche, couverture, vêtements…), en s’informant en mairie et en discutant d’une organisation en famille.

Où puis-je trouver des informations sur la prévention des séismes en France ?

Le gouvernement dédie une rubrique de son site géorisques au risque sismique : https://www.georisques.gouv.fr/

Il existe également le site https://www.gouvernement.fr/risques qui offre de multiples informations sur le risque en général.

Le site du Ministère de l’écologie https://www.ecologie.gouv.fr/politiques/risques-naturels concerne plus particulièrement les risques naturels (voir détails ci-dessous).

Quelles sont les mesures de prévention prises en France dans le domaine de la construction ?

Il existe en France une réglementation relative à la classification et aux règles de construction parasismique. La France métropolitaine est découpée en 4 zones de sismicité (aléa) de faible à moyenne ; une zone forte est ajoutée pour les Antilles. Les règles de construction parasismique applicables aux bâtiments dépendent de la catégorie d’importance du bâtiment (de I à IV selon le niveau de risque pour la sécurité des personnes et/ou de risque socio-économique que représenterait une défaillance) et de la zone de sismicité dans laquelle il se trouve. Voir question suivante pour en savoir plus sur ces règles.

Où puis-je me renseigner sur les règles de construction parasismique ?

Le site du Ministère de l’écologie propose des informations très détaillées sur cette question :

Comment savoir si mon immeuble est vulnérable aux secousses sismiques ?

Plusieurs méthodes de calcul de vulnérabilité existent et elles sont à mettre en œuvre par des experts. Par exemple la méthodologie Quali’Vulneris issues de l’AFPS (Association française de génie parasismique), intègre 70 coefficients. Cette méthode est validée par le CETE méditerranée. Ce travail est long et généralement coûteux à l’échelle du particulier (collecte des informations, examens des plans, visite sur site, rédaction de l’évaluation). Au-delà de ces méthodes précises, la vulnérabilité au sens large dépend de différents paramètres, comme la structure du bâtiment (pierres, structure porteuse en béton armé, structure métallique, briques…), la proximité aux autres bâtiments (et la différence de taille avec ceux-ci), les irrégularités au plan, les irrégularités en élévation, les fondations, les modes d’implantation, l’entretien général. Déterminer la vulnérabilité d’un immeuble reste du domaine de l’expertise.

Comment puis-je me protéger en cas de tremblement de terre ?

Chacun peut adopter des comportements qui lui permettront de se protéger autant que possible :

  • Pendant le séisme : si l’on se trouve à l’intérieur d’un bâtiment, s’éloigner des fenêtres, se mettre dessous ou collé* à un élément solide ou porteur, se protéger la nuque avec les mains, sortir prudemment en faisant attention à ce qui peut chuter du haut du bâtiment (balcons, cheminées, pots de fleurs), être attentif aux risques causés par les répliques, la plus forte pouvant survenir seulement quelques minutes après le premier choc.
  • Après le séisme : s’informer en écoutant la radio (Radio France en France), ne pas téléphoner sauf en cas d’urgence absolue, ne pas aller chercher les enfants à l’école, évaluer les dégâts et points dangereux pour s’en éloigner, vérifier le gaz, l’eau et l’électricité…

* par exemple, se jeter par terre juste à côté de son lit à défaut de se glisser dessous est un bon réflexe: si le plafond tombe, il existera un « triangle de survie » juste à côté du lit

Vous trouverez sur la page suivante des informations plus complètes : https://www.gouvernement.fr/risques/seisme

J’ai ressenti un tremblement de terre. Est-ce que je dois le signaler et à qui ?

Toute personne ayant ressenti les effets d’un séisme en France (métropole ou DOM TOM) est invitée à remplir un formulaire sur le site FranceSeisme : http://www.franceseisme.fr

Les témoignages sont très importants car ils contribuent à acquérir, par exemple, une meilleure connaissance des variations spatiales des secousses sismiques par niveaux de sévérité (effets locaux, décroissance avec la distance). Les intensités estimées à partir de ces effets collectés permettent d’informer l’Etat dans le cadre de la procédure de classement en catastrophes naturelles. On peut également, à partir de ces données, estimer les magnitudes de séismes historiques pour préciser le calcul de l’aléa (par comparaison avec les données anciennes), ou encore permettre de réaliser des simulations sismiques pour former les acteurs de gestion de crise et l’organisation des secours…

En savoir plus

Dictionnaire de la sismologie

Découvrez quelques applications de la sismologie

Vous trouverez sur la page « Fiches pédagogiques » des ressources graphiques sur l’origine des séismes.

La page « Médiathèque » propose également des photos, vidéos et ressources complémentaires sur ce thème.

D’autres ressources sont disponibles sur les sites web des partenaires Résif.